hop hop hop! ça arrive

Coucou,

Avez-vous déjà réfléchi à la quantité d’achats neufs que nous effectuons par année? Un acte qui engendre de l’extraction de matières nouvelles, de la production, du transport (généralement intercontinental) pour finir, trop souvent, sa vie à la poubelle. Une équation ayant irrémédiablement un impact négatif sur notre environnement. Pourtant, un nombre incalculable de produits sont déjà dans le circuit. Pourquoi ne pas en profiter? C’est l’économie circulaire!

 

 

Il m’a fallu du temps pour prendre conscience de cet impact. En devenant maman, j’avais envie d’offrir le meilleur à mes enfants. Meilleur étant, à ce moment-là de ma vie, synonyme de neuf, de non utilisé. Né au milieu des années 80, je fais partie de cette génération qui a grandi avec la mondialisation, la porte ouverte à la production de masse, à l’autre bout du monde, par des gens sous-payés et à bas prix.

Après six ans plus tard de parentalité, j’ai pris beaucoup du recul et me suis renseignée sur les conséquences de mes achats neufs sur notre environnement (je vous conseille le documentaire The True Cost sur Netflix). Pas franchement reluisant…

 

La sobriété prévaut à l’heure actuelle. Le moins, c’est « le nouveau plus », le bonheur se cacherait dans la simplicité ou la suffisance. Réduction des déchets, consommation réfléchie, tendance minimaliste, un soupçon d’anti-capitalisme, ce sont les premiers pas pour laisser un monde plus sain à nos enfants.

 

Il y a deux ans, nous avions participé à une conférence de Béa Johnson, la Madame zéro déchet, à Neuchâtel. Elle terminait sa conférence par ces mots: L’envie de vivre des expériences plutôt que de posséder des biens. Il a fallu l’entendre d’une bouche de quelqu’un d’autre pour en comprendre l’importance. Au fond, les enfants se fichent pas mal d’avoir le dernier jouet à la mode, ils veulent être avec nous. Depuis ce jour, j’ai compris que le temps était la valeur la plus importante dans notre vie.

Mais nous continuons à consommer (et oui, loin de vivre en ermites ^_^). Alors comment s’en sortir sans forcément passer par la case du neuf? Et, par la même occasion, réaliser de belles économies ^_^

 

Les alternatives au neuf

Le don

Il suffit de demander à son entourage s’ils n’ont pas tel ou tel objet convoité. Cela ne marche pas à coup sûr mais parfois, ils seront aussi contents de libérez de l’espace chez eux. Ce printemps, j’étais en quête de pots de fleurs et j’en ai facilement trouvé à gauche et à droite. D’ailleurs, on passe aussi toujours nos livres plus loin.

Et vice-versa. Vous avez acheté un pull trop petit? Passer le simplement à votre bonne copine.

 

Le troc

L’opération économique la plus ancestrale ^_^
Souvent, nous nous contentons d’un don, ce qui est absolument génial. Mais pourquoi pas aller plus loin? Un échange d’habits entre copines. Le prétexte pour s’organiser un moment sympa ^_^ Le WWF propose une check-liste pour réussir sa soirée de troc.

Ou autre tendance: le troc de maison pour les vacances. Nous n’avons encore jamais testé mais un couple d’amis voyage beaucoup de cette manière.

 

La mutualisation

Nous sommes sur-équipés en outils utilisés à chaque tremblement de terre. Alors, pourquoi pas se mettre à plusieurs pour acquérir un truc? La tondeuse à gazon avec ses voisins? Ou le Kärcher avec votre maman?

Mieux! Beaucoup d’initiatives fleurissent pour collaborer à plusieurs sur un potager par exemple.

 

La location

Saviez-vous qu’en moyenne, nous utilisons une perceuse 12 minutes dans l’année? Et le matelas gonflable pour les invités, une nuit par an? La liste est tellement longue! L’idée veut de louer ces objets, ou, si vous les possédez déjà, de les mettre en location.

 

La réparation

Un mot que notre génération a oublié. Je me souviens de ma Grand-Mami qui cousait ses bas effilés, cela m’a toujours paru complètement fou. Pourtant, nous devrions apprendre à réparer. Nous sommes capables de coller un patch Mickey sur un pantalon troué, non? Nous avons tous un membre de la famille ou un bon copain bricoleur? Si non, YouTube regorge de tutoriels et l’option des repair cafés est tout aussi bonne!

 

Le DIY ou l’Upcycling

La grande tendance de ces dernières années! Créer de ses propres mains ce fameux canapé pour la terrasse avec des palettes ou coudre sa propre robe. Ou, avec l’upcycling, offrir une seconde vie à un produit dont on a plus besoin. Exemple personnel: nous avons fabriqué une bibliothèque pour les enfants avec des boîtes à vin en bois. Fierté garantie!

 

Le prêt

L’acte le plus logique mais que nous avons perdu ses dernières années. Par peur de déranger ou de l’abîmer, nous n’osons pas toujours demander le prêt d’un objet à notre entourage. Besoin d’une tente pour ce weekend au camping? Ludo, le cousin un campeur invétéré vous prêtera sûrement la sienne. Peut-être aussi l’occasion de l’inviter à votre retour pour une bonne bouffe ^_^

Idem pour cette GoPro qui fait de l’oeil pour les prochaines vacances… Plus besoin de posséder, juste d’utiliser.

 

L’achat de seconde main

 

Brocante, marchés aux puces, magasins de seconde main, l’offre foisonne! Par contre, il faut se montrer patient car l’objet convoité n’est peut-être pas tout de suite en vente. J’achète souvent de seconde main les vêtements des enfants car ils grandissent vite et s’abîment tout aussi rapidement. Pour moi aussi, je fouine en quête d’une jupe ou d’un pull.

Peut-être l’avez-vous vu mais Galaxus se lance également dans ce créneau et il parait même que Qoqa prépare des ventes éco-responsables pour la fin d’année.

 

D’autres bonnes adresses

  • Annuaire avec les magasins de seconde main en Suisse romande: Arbolife
  • Catalogue d’objets à louer et de bricoleurs prêts à donner un coup de main: Popnfix
  • Agenda des vide-dressings en Suisse romande: uJoin
  • Agenda des marchés aux puces en Suisse romande: VaudFamille
  • Donner une deuxième vie aux objets: Keep in use Suisse
  • Plus de 100 idées de cadeaux immatérielles: Zeit statt Zeugg
  • Annuaire des SEL (Système d’Echange Local) en Suisse: SEL
  • Location de vêtements pour femmes: Elsabi
  • Location de vêtements pour bébés: Bibou’tic
  • Faire savoir à nos voisins quel objet nous pouvons prêter grâce à un autocollante: Pumpipumpe
  • Les grands du secteur de l’occasion, comme Facebook avec Marketplace, Anibis et Ricardo.

 

Chacun avance à son rythme. Pour certains, trouver une robe vintage en friperie est synonyme d’un véritable trésor. Pour d’autres, il reste impensable d’entrer dans un magasin de seconde main. Mais le thème de l’économie circulaire est si vaste que chacun est capable de fournir un effort de ce côté-là.

Si aucune alternative n’existe par chez vous, pourquoi ne pas devenir l’initateur d’un projet? Une plateforme de prêt entre voisins ou collègues par exemple?

Nous sommes encore loin d’être parfaits mais nos achats sont réfléchis et nous faisons notre part. Et puis, si l’achat d’un objet neuf est indispensable, pensez aux commerçants indépendants ^_^

Voilà, mon modeste cours d’économie circulaire se termine. J’espère vous avoir simplement poussé à la réflexion et montrer qu’il existe de belles alternatives au neuf.

De votre côté, seriez-vous prêt à renoncer à certains objets neufs?

Bises

Virginie

 

Article rédigé en partenariat avec le WWF dans le cadre de la campagne #forgenerationstocome. Nous sommes plusieurs blogueurs suisses romands à participer à cette action. Je vous conseille d’aller jeter un oeil car ils ont tous traité des thèmes très variés, toujours avec l’écologie et le futur de nos enfants en ligne de mir.

Rendez-vous sur Hellocoton !

4 thoughts on “Alternatives au neuf et bonnes adresses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top