fbpx
hop hop hop! ça arrive

Coucou,

Oh, comme j’aime le défi livresque Cold Winter Challenge 2019/2020 ^_^ Si vous ne le connaissez pas encore, je vous recommande la vidéo de Margaud.

J’avais mis six romans dans ma pile à lire. Bon, il faut avouer que j’ai lâché Le Templier et le grand secret en cours de route, sans y avoir croché une seconde. Dans les cinq titres restants, il y a deux coups de coeur, une belle découverte, un mi-figue mi-raisin et une déception. Je vous raconte?

L’aile d’Airain
de Tran-Nhut

A lire si vous aimez: l’exotisme

En une phrase: au 17ème siècle au Vietnam, le mandarin Tân revient dans le village de son enfance et enquête sur trois mystères en même temps.

Pour la petite histoire: c’est au détour d’un quartier d’Ho-Chi-Minh-Ville et dans l’une des seules librairies françaises d’Asie que j’ai acheté ce roman complètement par hasard. Ça le fait non? ^_^
Et plonger dans ces pages a réveillé une certaine nostalgie. Les aventures de Tân et de son fidèle compagnon Dinh offre une véritable immersion dans le sud du Vietnam dans des temps plus reculés.

Derrière ce mystérieux titre se cache la légende d’une Con Tin, le fantôme d’une jeune femme tuée avant son mariage et assoiffée de sexe jusqu’à rendre fous ces victimes. Mais pas seulement, à cela va s’ajouter la résolution d’un meurtre et l’évitement de tensions politiques.

L’Aile d’Airain est en réalité le 4ème tome des aventures de Tân, mais peu importe, on prend le train en route sans aucune difficulté. Les personnages sont travaillés, drôles, attachants pour certains, détestables pour d’autres. Tran-Nhut a le verbe fin, exact et varié, non sans une pointe d’humour et tout un vocabulaire local de la faune à la flore en passant par la cuisine, une véritable richesse! A noter qu’elle joue volontiers avec le double-sens.

Derrière le nom d’autrice Tran-Nhut se cachent deux soeurs vietnamiennes, écrivant en français. C’est l’un des coups de coeur de ce Cold Winter Challenge 2019!

In Tenebris
de Maxime Chattam

A lire si vous aimez: explorer les tréfonds de l’humanité

En une phrase: en interpellant un tueur en série à New York, la détective O’Donnel va découvrir une secte meurtrière.

C’est du pur Maxime Chattam, vous voilà prévenu·e·s! Ce thriller aborde ce que l’humain peut générer de pire, c’est violent et glauque. A ne pas mettre entre toutes les mains. Mais, il est aussi un auteur incroyable, qui manie et rythme les mots (et pas que les maux) avec brio pour nous empêcher de lâcher son bouquin! J’ai dévoré les 600 pages en trois jours, sans ralentir, sans aucun effort.

C’est drôle parce que je l’avais un peu boycotté suite à une lecture glaçante mais In Tenebris m’a réconciliée. En fait, il s’agit du deuxième volume de la Trilogie du Mal mais il se lit aussi indépendamment du premier.

Je n’en dirai pas plus sur l’histoire, de peur de vous la divulgâcher. Si vous aimez les thrillers, ne passez pas à côté. Pour ma part, ça été un coup de coeur!

La Sorcière
de Camilla Läckberg

A lire si vous aimez: les polars nordiques

En une phrase: 30 ans après, une seconde petite fille de 4 ans est retrouvée morte dans les bois de Fjällbacka. Coïncidence?

Me voilà enfin à jour avec les enquêtes d’Erica Falck! La Sorcière est le 10ème roman et sûrement aussi le plus horrible. Vous savez à quel point j’aime ces lectures (mentionnées souvent par ici) mais cette fois, je vais être un peu plus critique que d’habitude…

Alors oui, c’est toujours un bon moment (si on peut dire ça d’un polar, on est bien d’accord ^_^) de lire Camilla Läckberg, de retrouver ses personnages. L’enquête principale autour du meurtre de Nea est très bien montée, les pages se dévorent avec l’envie d’en savoir plus. Elle aborde aussi avec justesse l’immigration actuelle en Suède et le racisme latent de notre époque. Ce sont les bons points ^_^

A côté de cela, j’ai trouvé les personnages secondaires, surtout la bande d’adolescents très… clichés. En plus, vous le savez peut-être, Camilla Läckberg utilise une trame narrative spécifique: à côté du récit principal s’ajoute une histoire parallèle dans le passé qui a toujours un lien avec le meurtre du présent. Vous me suivez? C’est là où intervient la sorcière. Même si j’ai beaucoup aimé cette piqûre de rappel sur ce qu’a été la chasse aux sorcières au 17ème et 18ème siècle (un véritable féminicide), le lien final est tiré par les cheveux. Ça sent un peu la récup’ avec un sujet très tendance. Le récit se termine sur plusieurs tragédies mélangeant violences, humiliations, viol et barbarie. Soyez juste prévenu·e·s.

Bref, c’est une lecture captivante (la preuve? je l’ai terminé à 1h30 du matin) malgré quelques faiblesses au niveau des personnages.

Le Tigre
de Joël Dicker

A lire si vous aimez: les formats courts

En une phrase: En août 1903, un tigre sème la terreur en Sibérie et sa tête est mise à prix.

Mon admiration pour Joël Dicker n’est plus à prouvée et le Tigre est sa dernière parution même si, dans sa bibliographie, c’est l’une de ses premières oeuvres.

Il s’agit d’un conte ou une nouvelle, qui se dévore en une heure. Elle raconte l’histoire d’un tigre qui sème la terreur en Sibérie et du jeune Yvan, qui va chercher à le tuer pour recevoir la rançon. Nous suivons leurs course poursuite jusqu’à l’affrontement final… Il est aussi joliment illustré par David de la Heras.

Une lecture plaisante avec un seul regret: trop court!

Les années perdues
de Mary Higgins Clark

A lire si vous aimez: Mary Higgins Clark

En une phrase: un éminent professeur d’Histoire est assassiné chez lui et il se pourrait bien que sa toute dernière découverte en soi la raison.

Bon, autant le dire tout de suite: je n’ai pas du tout aimé! L’exercice de critiquer une oeuvre n’est vraiment pas aisé mais je me dis que c’est Higgins Clark, qu’elle a déjà publié des dizaines de romans et que mon avis, elle doit s’en tirer le pompon (oui, c’est une nouvelle expression) ^_^

Première fois que je lis l’un de ses livres et vlan, énorme déception. En grande prêtresse des histoires policières, je m’attendais à suer, cogiter… Mais que c’était plat! Les personnages sont des coquilles vides, inintéressants, voire caricaturés. Dès la moitié, on se doute de l’identité du meurtrier tant tout sonne faux. Et, c’est quoi ce couple d’amis qui jouent aux flics? Et ces deux enquêteurs qui ne servent à rien? Sans compter les redondances et ce radotage. Je l’ai fini uniquement parce qu’il était le premier roman de mon Cold Winter Challenge 2019. Bref, passez votre chemin et lisez plutôt le dernier Voltenauer L’Aigle de sang qui est génial!

Et vous, avez-vous participé à ce défi? Si oui, n’hésitez pas à partager vos coups de coeur en commentaire.

Bises

Virginie

ps: Si l’un de ces livres vous intéressent, faites-moi signe, je vous le passe volontiers ^_^

4 messages sur “Cold Winter Challenge 2019/2020

  1. C’est toujours chouette de lire tes comptes rendus de lectures ! Je note la référence de L’aile d’Airain qui me fait bien envie 🙂

    Dommage pour le Mary Higgins Clark, j’étais justement curieuse de lire ton avis. J’ai lu beaucoup de ses romans quand j’avais 14-15 ans, je me demande ce que j’en penserais aujourd’hui. À l’époque je me souviens que quelques uns m’avaient bien tenue en haleine, mais au final je devinais souvent assez comment l’intrigue allait se terminer tant la structure était toujours la même.

    Est-ce que tu as déjà lu “Tokyo”, de Mo Hayder ? Si tu as envie de lire un bon polar sombre et parfois flippant (qui aborde au passage des faits historiques hyper glauques), je ne peux que te le conseiller.

    1. Coucou Aline,
      Merci beaucoup 🙂
      Si tu veux, je te dépose volontiers l’aile d’airain dans ta boite un de ces quatre!? 😉
      Alors j’ai pensé fort à toi en le lisant hahaha! mais vraiment, ce n’était pas possible. Si tu veux te faire une idée, je te le file aussi 🙂
      Merci pour ta recommandation, je vais le commander à la Boutique les Colines 🙂 Ha, le glauque et le flippant, mon kiffe!
      Des bisous
      Virginie

      1. Oh ben volontiers pour l’Aile d’Airain ! Et je te prête volontiers Tokyo ^^

        Haha par contre pour le Higgins Clarke je passe mon tour. J’ai relu dernièrement un de mes romans préférés d’il y a à peine quelques années, et même si l’histoire et le style me plaisent toujours autant, ça m’a vraiment crispée d’y voir beaucoup de trucs misogynes que je n’avais pas du tout remarqués lors de mes premières lectures. Du coup je doute beaucoup que j’aurais du plaisir à relire le style de bouquins qui me plaisait quand j’étais adolescente ^^’

        Bisous à toi, à bientôt 🙂

Commenter (cela fait toujours plaisir ^_^)

Top
%d blogueurs aiment cette page :