fbpx
hop hop hop! ça arrive

Coucou,

L’avantage de ce blog est de recevoir beaucoup de demandes; parfois certaines bien étranges mais aussi d’autres qui attirent immédiatement l’attention et où l’on se sent vraiment chanceuse. La prise de contact de Vanessa Pasche de l’Espace Mô à Vevey faisait partie de cette dernière catégorie: tester l’hypnose!

Nous parlons régulièrement à mon boulot des thérapies parallèles, comme la kinésiologie, les huiles essentielles et l’hypnose. Depuis toujours, j’ai un intérêt et une certaine curiosité pour cela. Alors, j’étais immédiatement partante.

Dans mon entourage, certaines personnes se sont montrées plutôt réticentes à cette idée. Les shows de Messmer ont mis sur le devant de la scène une hypnose plutôt théâtrale où l’hypnotiseur prend possession des personnes et leur fait réaliser tout et n’importe quoi. D’où la crainte de me voir rentrer en me prenant pour une poule ou en dansant le moonwalk.

Mais l’hypnose thérapeutique (ericksonienne, dans ce cas) est bien loin de tout ça! On vient, en principe, pour un problème précis, une angoisse ou une dépendance (la clope, par exemple). Pour ma part, en prenant rendez-vous avec Vanessa, je n’avais aucune idée de ce dont j’allais lui parler. Pas de dépendance (ou juste le chocolat…), pas de grands drames dans ma vie, une enfance heureuse, juste quelques cadavres planqués dans mon armoire… (mais non, je plaisante). En prenant le train pour aller au rendez-vous, j’ai profité de ce moment de calme pour y réfléchir. Pour me poser et définir quelques points que je souhaitais aborder avec elle. Parce que, il faut se l’avouer, nous avons tous des sacs de noeuds à défaire.

L’entretien débute par une longue discussion sur la famille, les relations amoureuses et amicales, mon vécu et de certaines situations du quotidien. Un véritable échange où Vanessa rebondit sur certains commentaires et remarques, suppose des liens entre ces situations et mes réactions. Il m’a fallu du temps parler de certaines vieilles casseroles. Oui, pas facile de faire confiance à quelqu’un que l’on vient de rencontrer. Une fois le doigt mis sur certains points douloureux, la phase d’hypnose peut commencer.

Je l’ai vécue comme un grand moment de relaxation et non comme une prise de contrôle. Vanessa était plus une accompagnatrice. Elle posait les jalons d’un sentier, sur lequel je me baladais et dont je choisissais la direction. Un certain abandon psychologique nécessaire pour panser des blessures. J’étais mi-consciente à chaque étape de ce chemin, sans vouloir forcément parler mais entendant chaque mot me guidant. Un lâcher-prise mais avec la conviction que je pouvais me réveiller dès que je le souhaitais mais aussi des phases de réflexions sur les phrases de Vanessa. Physiquement, une profonde détente et bien-être proche de la méditation. Il y a juste mes mains qui étaient complètement fixées sur mes cuisses avec l’incapacité de les bouger.

Après cette phase hypnotique, qui dure une vintgaine de minutes et où Vanessa utilise des symboles pour lester notre esprit des noeuds, j’avais vraiment l’impression d’avoir vidé mon sac. Nous avons encore parlé de longues minutes puis je suis rentrée, le nez au vent et légère comme l’air. Croque-Monsieur et les enfants m’attendaient à la gare et nous sommes spontanément aller manger un morceau en ville.

Les jours suivants, cet entretien m’a beaucoup fait réfléchir sur les points abordés. Limite, j’ai regretté d’avoir ressorti des vieux dossiers. Maintenant, avec le recul, j’ai l’impression d’avoir réglé des points qui devaient l’être et qui traînaient depuis bien trop longtemps. J’ai également envie de retourner voir Vanessa car lors de notre entrevue, plusieurs points ont été soulevés et pas tous ont été résolus.

 

Alors vraiment utile l’hypnose?

La question à cent sous! Je dirais oui! Nous avons tous des passages moins heureux ou complètement tristes dans nos vies. Selon nos caractères, nous traitons ces cailloux sur le chemin de notre vie de manière bien différente. Et au fond de nous, nous savons que certains de nos traits de caractère ou manies proviennent de ces aléas mais il nous est difficile de dénouer notre sac de noeud tout seuls. L’entretien avec un hypnotiseur, un kiné ou autre thérapeute permet de mettre à jour des évidences avec une personne neutre. Un premier pas vers le mieux.

 

Est-ce que je vous recommande Vanessa Pasche?

Je vous parle aujourd’hui de ma toute première séance d’hypnose avec aucun autre point de comparaison. Dès notre première conversation téléphonique, je me suis sentie bien avec elle. Son optimisme et son enthousiasme m’ont beaucoup plu. Et puis, lors de notre entretien, j’ai vraiment beaucoup aimé sa douceur mélangée à sa franchise; elle n’a pas hésité à mettre le doigt là où cela pouvait faire mal et j’ai apprécié cette manière d’être cash. Dernier point: Vanessa a le sens de l’humour et aime les gros mots^^ C’est sûr, je retournais la voir.

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à me les poser en commentaires.

Et vous, avez-vous déjà testé une thérapie de ce genre?

Des bisous tout doux,

Virginie

 

Photo de Robert Crawford

2 commentaires sur “J’ai testé l’hypnose

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top