fbpx
hop hop hop! ça arrive

Bonjour vous,

L’apprentissage du langage représente une étape importante dans la vie de nos bambins. Déjà pour eux, pour exprimer leurs émotions, leurs sentiments et leurs envies (ou tout simplement pour faire causette) mais aussi pour nous; enfin, nous allons les comprendre! Voilà trois mois que le petit dernier s’acharne à vous répéter dadadada toute la journée, alléluia, un nouvel horizon s’ouvre à vous pour saisir qu’il parlait de sa peluche Bisounours coincée sous le canapé!

Dès ses 1 an, le bébé balbutie et émet ses premiers mots. Les parents comprennent rapidement son langage façon onomatopée et sont ultra fiers que le chérubin dise Papa ou Maman (si, si, avouez-le!). Et puis, vers 18 mois et 2 ans, il enrichit son vocabulaire et associe des mots, créant ainsi des phrases simples. Tout est parfait, il parlotte, vous le comprenez, le reste de la famille aussi, il est heureux, vous aussi et le reste de la famille encore plus. Et puis, tout d’un coup, de cette bouche innocente, qui imite si bien la vache et le chien, sort un Merde ou un Putain. Whaaat?

Et bien oui, votre bout de chou vous prend en exemple, pour le meilleur mais parfois aussi pour le pire. Hum… Qu’on se le dise, nous avons sûrement tous vécu cette situation, non? Même habitués aux gros mots, ils choquent dans la bouche de nos enfants. Alors, réunion au sommet du comité parental (Croque-Monsieur et moi donc) pour définir rapidement une stratégie: bannir les vilains mots de notre vocabulaire plutôt… fleuri. La grande résolution prise, nous avons oeuvré à l’excommunication des Merde, Putain et autres réjouissances qui ponctuaient régulièrement nos phrases. Nous sommes partis en guerre contre la vulgarité et les mots douteux. Une bataille les premiers mois, finalement muée en bonne habitude maintenant.

Alors oui, parfois, nous fautons. Lorsque qu’un orteil se tape dans le coin de la table, difficile de ne pas lâcher le juron qui soulage un peu. Ni une, ni eux, notre perroquet (alias MissConfiture pour les intimes ici) répète LE mot. Mais alors, comment faire? Remplacer les gros mots par une variante plus inoffensive. Par exemple:

  • Merde devient Mercredi, crotte ou Saperlipopette
  • Putain devient Punaise, Sacrebleu ou, pour marquer son étonnement, Wouah incroyable! ou Bon Dieu, Doux Jésus Marie Joseph!
  • Con devient BenêtBachibouzouk ou Idiot
  • Fais chier devient Zut, Sacrebleu ou Mille millions de mille sabords (merci Capitaine Haddock)

Et vous, comment gérez-vous les gros mots à la maison?

Bisous

Virginie

 

ps: La photo provient de Google.

4 commentaires sur “Saperlipopette ou autres gros mots

  1. Je sais que c’est mal et que je devrais arrêter pour donner l’exemple, mais ça fait tellement du bien 😉 Ce sera peut-être plus facile (et p-e trop tard!?) de me mettre aux bonnes résolutions quand il aura dit son premier gros mot.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top