fbpx
hop hop hop! ça arrive

Coucou,

Cet article, je le souhaite bienveillant, sans jugement, ni argumenté pour convaincre. Si tu manges du boeuf ou de la volaille, mon but n’est absolument pas de te culpabiliser. J’espère simplement offrir une réflexion sur le végétarisme. Quand j’annonce ne plus manger de viande, 80% des gens me disent Ah oui, moi aussi je mange de moins en moins, comme s’ils devaient se disculper. Mais je ne demande aucune justification, chacun·e mange selon ses convictions.

Dans mon cas, aller vers le végétarisme a été un cheminement de plusieurs années: m’informer, prendre conscience, nier aussi, changer quelques habitudes, acheter mieux, débattre avec mes proches, en parler avec des amies déjà végétariennes, continuer à en manger en sachant puis, une fois se dire qu’en fait, je peux très bien m’en passer. Ce jour c’était il y a bientôt un an et des poussières.

Je savais depuis longtemps qu’un jour, j’arrêterai de manger de la viande.

Voilà donc plus d’un an et cela ne me manque pas. J’ai pensé qu’en été, un tartare pourrait me titiller les papilles. Finalement non, pas du tout. Je continue à consommer du poisson donc techniquement, je ne suis pas végétarienne (mais au fond, je m’en fiche des étiquettes). Là aussi, je sais déjà que c’est une transition et que bientôt, le poisson ne sera plus dans mon assiette. Mais pour l’instant, cela me convient d’en manger de temps en temps.

Mon déclic

Je navigue dans les milieux écolos et me tiens informée depuis longtemps et connais l’impact de l’industrie de la viande sur notre planète. Mais j’avais déjà changé tellement d’autres habitudes de consommation pour être plus écologique que je pensais pouvoir continuer à en manger.

Le travail d’associations mettant en lumière les dérivent de certains abattoirs ou d’élevages résonnent énormément en moi. Pour la petite histoire, à 10 ans, j’ai mobilisé mon école et lancé une pétition pour un transport des animaux plus respectueux. Je me souviens comme hier du reportage sur Temps Présent qui m’avait tant choquée, j’avais même écrit au Président de la Confédération. Bref, c’est une autre histoire ^_^
En fait, je me cachais derrière la consommation d’une viande locale et bio, donc respectueuse. Mais en fait non, aucun animal souhaite mourir, c’était juste une excuse pour faire taire ma mauvaise conscience.

Finalement, c’est l’aspect de la santé qui s’est révélé être le déclic. Hippocrate l’a merveilleusement bien résumé: Notre nourriture devrait être notre médecine et notre médecine devrait être notre nourriture. Différents documentaires et discussions avec des amis au sujet de la nutrition m’ont fait prendre conscience de cet aspect, encore inconnu pour moi.

La réaction de mes proches

Il est difficile de parler à leur place mais je crois qu’ils savaient tout autant que moi que je prenais le chemin du végétarisme ^_^

Nous en avons toujours volontiers discuter en famille mais aussi avec mes parents et mon frère. Ils respectent totalement mon choix, comme je respecte le leur de continuer à manger de la viande. Je continue à cuisiner de temps en temps de la bidoche pour mon chéri et nos enfants, sans grand plaisir, je dois avouer. Mais la majorité du temps, je cuisine végétarien. Ils continuent à en manger au boulot, à l’école ou quand mon mari cuisine à la maison.

Difficultés du végétarisme et remplacement de la protéine animale

Comme c’est un cheminement, je cuisine majoritairement végétarien depuis un moment déjà. La transition était donc très facile! Mais au début, c’est vrai qu’il faut changer les habitudes, car souvent, la viande est l’élément central du plat #toutlerestenestquegarniture

La plupart du temps, je ne cherche pas à la remplacer par une alternative veggie mais plutôt à élaborer des recettes équilibrées sans viande en m’inspirant de la cuisine d’autres latitudes.

Je trouve donc très facile de s’en passer et adore découvrir de nouvelles recettes ou ingrédients. Le point plus difficile est les invitations mais comme en ce moment, il n’y a en a pas, covid oblige…. Hahaha, plus sérieusement, je trouve toujours mon bonheur dans les garnitures et ne demande absolument pas à nos hôtes de concocter quelque chose de spécial pour moi.

Carences et check-up

C’est une question finalement assez technique et, n’étant pas nutritionniste, je ne souhaite pas raconter des bêtises. J’ai lu plusieurs articles pour savoir comment remplacer les protéines animales et finalement, c’est facile de trouver des protéines dans les végétaux (légumineuses, oléagineux et céréales). Je dois avouer, je ne suis jamais vraiment inquiète pour ma santé. Je mange un peu de tout et me sens en forme. Donc non, pas de check-up planifié.

Manque

La question à 1000 points! Non, pas du tout. C’est une question fréquente, mais je sais bien pourquoi je ne mange plus de viande donc aucun regret, au contraire!

Si vous avez des questions, j’y réponds volontiers!

Bises

Virginie


Liens utiles


ps: les sous-titres m’ont été soufflés par vous, lors d’un sondage Instagram.
ps2: il y a quelques années, j’avais testé le végétarisme durant un mois.

2 messages sur “Vers le végétarisme

  1. Coucou Virginie,
    Trop cool de lire ce cheminement vers le végétarisme. J’aime beaucoup lire comment et pourquoi les gens se tournent vers cette alimentation 🙂
    Ton premier paragraphe m’a fait rire. A chaque fois que je dis que je suis végétarienne, on me répond “ah moi non plus je ne mange quasi pas de viande”. Hahaha, à croire que tout le monde est végétarien dis donc 😉 Je pense que quand on l’annonce, on doit renvoyer qqch aux gens et ils se sentent “obligés” de se dédouaner ou je ne sais pas.
    Je suis végétarienne depuis 2009, bientôt 12 ans, et ça a fait changer pas mal de trucs autour de moi. Quand je suis invitée, les repas sont parfois entièrement végétariens, alors que cela n’aurait sûrement pas été le cas si je ne l’avais pas été. Je crois que ça permet de faire une prise de conscience autour de soi, même si l’on ne milite pas pour. Juste en l’étant, ça oblige les gens à réfléchir à d’autres plats (même si je précise comme toi chaque fois qu’il n’y a pas besoin de faire qqch de spécial pour moi) et à réfléchir à ce que veut réellement dire manger de la viande. Plein de gens sont devenus végétariens autour de moi ces dix dernières années et c’est vraiment cool 🙂
    Ça ne me manque jamais non plus, et avec le temps, ça me dégoûte même.
    Après 12 ans, je n’ai pas plus de carences que celles que j’avais déjà à la base (anémie par ex). Par contre, je prends de la vitamine B12 qui existe en spray et tu mets un pschit dans une narine 1x par semaine avant de dormir.
    Bonne suite dans ton chemin sur le végétarisme, c’est trop chouette 🙂
    Melody

    1. Coucou Melody,
      Merci beaucoup pour ton retour!
      Oui, effectivement, j’ai aussi l’impression que certaines personnes se sentent un peu “coupables” et justifient que eux aussi diminuent leur consommation. Comme tu le dis, sans militer à fond, c’est bien si cela donne à réfléchir 😉
      Merci aussi pour ton feedback concernant les carences et l’astuce de la B12, je ne connaissais pas le spray.
      Bises
      Virginie

Commenter (cela fait toujours plaisir ^_^)

Top
%d blogueurs aiment cette page :