hop hop hop! ça arrive

Coucou,

Fin novembre dernier, en terminant le mois sans sucre industriel, je ne pensais pas que le prochain challenge alimentaire arriverait aussi vite! C’était sans compter le lancement du 2ème défi Un mois sans supermarché par  En vert et Contre tout et Arbolife. Une opération pour toute la Suisse romande! Youpi, plus on est de fous, plus on ri, non? ^_^

C’est marrant parce que cet automne, avec Tina du blog Lumai, nous avions envie d’organiser un challenge visant justement à favoriser les commerces indépendants. Bref, durant tout le mois de février, nous relevons le défi et ne mettrons pas un pied dans un supermarché!

D’une manière générale, nous effectuons déjà la grande majorité de nos emplettes au marché ou chez les commerçants indépendants (boucherie, fromagerie, épicerie, boulangerie, etc). Nous planifions nos menus de la semaine ce qui permet de gérer facilement nos achats alimentaires hebdomadaires. Par contre, nous sommes clients, principalement, des géants oranges dans deux situations:

  1. Les courses mensuelles: achat des réserves du mois (par exemple: lait UHT, boites de tomates, nourriture et sable pour le chat, papeterie, dentifrice, brosses à dent, etc) et livraison à domicile.
  2. Les imprévus: quand il manque un ingrédient, pour nous dépanner, nous allons au supermarché car les heures d’ouverture sont pratiques et la proximité également.

 

Tout acheter à l’épicerie nous demandera donc une autre logistique (et des muscles dans les bras!). J’ai également un doute concernant la semaine blanche où nous serons au ski. A voir l’offre des commerçants indépendants en station.

Ma plus grande interrogation concerne le budget. Nos achats de fruits et légumes au marché de la vieille ville de Bienne sont moins chers qu’au supermarché. Pour les autres commerces (boulangerie, boucherie, fromagerie), j’ai tout de même le sentiment que l’addition est plus élevée car l’offre est moins variée et rarement en promotion. Nous verrons à la fin du mois de février. Mais je reste convaincue que ce geste vaut la peine. Comme on nous le répète régulièrement, nous sommes des consomm’acteurs.

Alors, qui se lance avec nous?

Si jamais, vous pouvez suivre l’événement sur Facebook où chacun peut partager ses bons plans, ses doutes, ses réussites.

Bises

Virginie

Rendez-vous sur Hellocoton !

7 thoughts on “Février sans supermarché

  1. Bonjour, effectivement certains produits sont plus cher dans les magasins en vrac mais ils sont souvent bio et locaux donc si on compare vraiment avec du bio local de supermarché il n’y a pas tant de différence que ça et niveau viande et fromage c’est Moins cher chez l’artisan mais il y a moins de choix c’est sur … chez nous la facture finale n’est Pas plus élevée car on fait bcp de produit maison, lessive, tablette lave-vaisselle , produit vaisselle pain yogourts bouillon pâte à gâteau pâte à pizza granula pste à tartiner etc et c’est Très économique par rapport aux produits achetés en supermarché donc à la fin ça se tient 😉 et pour ceux qui diront qu’il faut du temps pour ça alors oui c’est certain mais le temps passer à aller au supermarché , à la déchetterie et chez le médecin (parce que oui les produits industriels rendent malade) la aussi à la fin ça se tient avec un peu d’organisation on ne passe pas bcp plus de temps en cuisine , je ne sais pas si vais arriver à relever ce défi mais on va essayer en tous cas bonne chance !

    1. Chère Anne,
      Merci pour ton commentaire!
      Oui et c’est un plaisir de prendre du temps de faire ses emplettes au marché par exemple 🙂
      Pour le budget, je ne suis pas encore si convaincue mais on verra à la fin du mois.
      Merci pour tes mots,
      Virginie

  2. Eh ben, t’es bien courageuse ! Je me réjouis de savoir comment ça s’est passé pour toi 🙂 C’est vrai que quand je peux j’essaie d’acheter mes aliments ailleurs (marché, ferme), mais c’est pas toujours évident ou pratique. Bon courage à toi ! 🙂

    1. Coucou,
      Ton commentaire m’a fait sourire car je ne me sens pas courageuse 😉 Plutôt sereine en fait!
      C’est clair pour le côté « pratique » et « rapide » on repassera mais je crois que cela vaut la peine.
      Gros bisous
      Virginie

    1. hahaha, oh oui! 🙂
      Merci pour tes propos. Pour moi, ce défi concerne plus le soutien aux commerçants indépendants qu’au zéro déchet. Même si, je l’espère, il permettra de diminuer encore un peu nos déchets.
      Après, je te rejoins sur le fait que cela nous coûtera plus cher. Un sujet sur lequel je cogiterai beaucoup ce mois de février.
      A très vite,
      Bises
      Virginie

  3. J’ai fait le test l’an passé et en effet, la facture s’est avérée plus que salée… Les corn-flakes en vrac à Fr. 12.- le kg, le granola à Fr. 40.- (oui, oui, plus cher que certaines viandes!!!)… de la farine 2 fois plus chère (en prenant la qualité bio de l’un de nos deux géants), des céréales (blé, couscous, etc) une bonne fois et demi… Alors qu’il n’y a pas d’emballage et donc pas de packaging non plus… Cela m’interpelle. On devrait être dans ces magasins dans une dynamique gagnant-gagnant… et c’est loin, loin, d’être le cas, en tout cas pour les deux enseignes de vrac que nous avons ici.
    Responsabilité vis-à-vis de la planète, oui, mais aussi, une responsabilité vis-à-vis des enfants qu’on a mis au monde : nous devons les nourrir (et même plusieurs fois par jour!!).
    Par contre, j’ai continué à acheter les légumes à la jardinerie, une partie est leur propre production, une bonne partie est locale ou en tout cas suisse… et un tiers des articles viennent de l’étranger (en même temps, oranges, grenades ou dattes poussent très mal chez nous!)
    Cependant, je note que depuis cette expérience de mars dernier et le fait que je ne mange plus de viande, je réfléchis et j’achète différemment. Et je viens seulement de changer le sac poubelle (35l, mis en place le 13 janvier)… alors que je n’ai pas le sentiment de faire spécialement attention (et que j’ai fêté mes 39 ans avec des gens qui ne sont absolument pas sensibles à cette problématique et m’ont offert de beaux cadeaux suremballés… emballés encore une fois avec un papier-cadeau qui ne va pas au vieux papier).
    En parlant avec les éboueurs la semaine passée, j’ai appris que les poubelles de ma tournée (donc ma rue et d’autres de mon quartier) ont diminué globalement de 40% depuis l’entrée en vigueur de la taxe au sac (ici, le 1er janvier…), passant de 10 tonnes à 6 tonnes… Je me demande si cela va se maintenir.
    Cela m’interpelle fortement… Qu’y mettaient donc les gens qu’ils n’y mettent plus ???
    Et la lumière s’est faite il y a quelques jours… Après un repas communautaire, je rangeais la cuisine avec une autre bénévole. Il y avait 3 boîtes de conserve… qu’elle a mises à la poubelle! Je les ai ressorties aussi sec et elle m’a dit « AH, oui, c’est vrai, maintenant, il y a la taxe au sac! » Je n’ai pas surenchéri… Mais cela signifie que bien des gens ne triaient rien du tout jusqu’à maintenant!!!

    Bref, bref…
    Je te souhaite bien du plaisir avec cette nouvelle expérience et me réjouis d’en lire ton compte rendu. Je serai curieuse de savoir si les fameux oranges ont ressenti le défi un mois sans supermarché l’an dernier… Mais comment savoir?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top